x

Interview 360

1.Comment avez-vous vécu le confinement ?

Les artistes sont souvent confinés dans leurs ateliers

La différence cette fois-ci c’est qu’il y a eu un décret, un ordre de rester chez soi, et comme vous le savez les artistes n’aiment pas trop les ordres. Au début j’avais du mal, je n’arrivais pas à travailler ,et je n’arrivais pas à me concentrer  mais au bout d’une semaine j’ai repris les crayons et depuis je n’ai pas arrêté.

 

2.Les crayons pourquoi faire ?

Quand j’ai commencé à travailler pendant le confinement j’ai décidé de réaliser une copie d’un tableau de maitre par jour.

 J’ai choisi des tableaux de Fragonard, François  Boucher ,Bouguereaux ,Courbet et bien sûr mon favori E.Delacroix et j’ai dessiné  chaque jour un tableau au fusain et pastels secs,  tous des  représentations de Vénus et d’odalisques, je voulais échapper à l’angoisse du confinement en regardant la peinture.

En même temps j’ai travaillé sur le sujet proposé par ma galerie Casablancaise l’Atelier 21 pour la prochaine exposition annuelle

 

3.Etes-vous autant inspirée maintenant que vous êtes libre ? 

Plus que jamais surtout après avoir vu les images de l’euphorie du déconfinement.

La joie des retrouvailles a fait oublier la nécessité de la distanciation aux citoyens.

J’imagine qu’au Maroc on verra la même chose et là je me suis dit que l’art doit intervenir, il faut créer un nouveau look qui nous éloignera les uns des autres, j’ai imaginé une collection Covid19 ,j’ai  même pensé à contacter  un grand groupe de mode pour lancer le concept .

 4.Pourquoi un groupe de Mode ?

D’abord parce que j’ai besoin de soutien pour un tel projet et par la suite j’aimerais que mon concept soit repris par les spécialistes de la mode qui à mon avis seront aussi inspirés que moi pour nous créer une collection Covid19.

Pour l’instant moi j’interviens en tant qu’artiste qui a beaucoup travaillé sur la question du regard porté sur le corps et le vêtement pendant les débats sur le foulard islamique.

Au moment de cette crise sociale et politique j’ai créé la forme défilé/performance (1996).

Je pense donc rester fidèle à ma tradition et création. 

J’aimerais organiser un défilé/performance lors des défilés Haute couture à Paris en juillet s’ils sont maintenus, ensuite un défilé/performance au Maroc.

 

5.Collection Covid-19 ? Dites-nous en plus

J’ai dessiné une collection d’accessoires/sculptures qui sont une exagération de certains objets et accessoires déjà existant.

J’ai pensé aux répliques monumentales des objets du quotidien de l’artiste Américain Claes Oldenburg qui était aussi un artiste de la performance.

 

6.Quelles ont été vos inspirations pour cette collection ?

Je suis une marocaine qui habite Paris alors vous imaginez ma richesse entre la mode Parisienne et la riche culture des costumes et accessoires du Maroc

Je me suis donc inspiré du style de mes deux Pays et bien sûr de Claes Oldenburg

J’ai imaginé une collection d’accessoires que les femmes et les hommes peuvent adapter

à leurs vêtements pendant cette période du Covid19 .

Des accessoires pour la journée pour et pour le soir.

En premier un chapeau masque inspiré des traditionnels chapeaux Parisiens

Un masque inspiré des Djelaba et Litame(niqab) traditionnels marocains. 

Une ceinture nœud papillon longue de 1m

Des énormes pochettes et sacs pour accessoires et masques

Et la liste est longue … il va falloir adapter notre look à la situation.

 

Il faut travailler contre le virus tous ensemble et là je pense à Joseph Beuys et son concept de Sculpture sociale. On doit se voir comme une seule œuvre d’art, chacun peut contribuer de manière créative et avec les moyens qu’il a : « Chaque personne [est] un artiste ». disait Joseph .Beuys

On doit résister, créer, rêver et lutter… 

J’espère trouver un mécène pour organiser la performance à Paris et au Maroc.

 

  1. Pensez-vous commercialiser cette collection Covid-19 ? 

J’ai beaucoup travaillé et travaille toujours sur la relation Art et mode.

J’utilise la forme du défilé pour mes performances, les tissus et les vêtements pour mes mises en scènes photographiques, je crée des vêtements/sculptures pour mes Défilés /performances.

Mes créations restent dans le domaine du marché de l’art et non de la mode.

Je suis sûre que les stylistes vont créer en fonction de ce nouveau monde qui nous attend et on aura beaucoup de propositions dans les magasins.

 

  1. Qu’avez-vous retenu de ce confinement ? Qu ‘est-ce qui vous a le plus marqué…. ?

J’ai retenu l’impact des réseaux sociaux et leurs capacités à mobiliser les gens et à créer une solidarité. J’étais impressionnée par Lady Gaga et son efficacité, son concert organisé en peu de temps et son exigence. Cette artiste m’impressionne toujours j’aimerais bien l’habiller un jour

 

Ce qui m’a marqué : l’insouciance et l’inefficacité d’Instagram, « le miroir de notre époque » comme dirait Baudelaire

 Déprimant, toujours décevant malgré la situation, les gens restent centrés sur eux même et sur leurs intérêts.

 

9.Quel votre Actu ?

Je viens de finir la réalisation de deux tableaux pour l’exposition annuelle de ma galerie Casablancaise l’Atelier 21 qui aura lieux en juin

Ce sont deux créations que j’ai réalisé pendant le confinement et qui expriment le manque et la frustration qu’a provoqué ce virus dans le cœur de chacun à travers le monde, je ne vous dis pas plus.

Je vous laisse le plaisir de découvrir mes œuvres lors de l’exposition.